dimanche 4 juin 2017


Trump’s decision to quit Paris agreement : could it be good news ?


Alsdare Hicson ,licence CC   
Finally, he did it. Yesterday, in the rose garden of White house, President Trump announced that he will withdraw the United States from the Paris climate change agreement. He repeated his usual arguments : human caused climate change is supposed to be a hoax invented by China to undercut US manufacturing - the plot theory is back. As Bush said before, Trump climate change claimed that US companies would suffer and be disadvantaged by efforts to reduce carbon emissions.« It is time to make America great again » he concluded. He won’t respect the US commitment that it would reduce its emissions by 2025 to about 27 percent below the level in 2005.

In Europe and all over the planet, most of the leaders of government have denounced the decision of the world's second largest carbon emitter. Actually, it is not at all news. Trump's election was very bad news for climate change. Since the 100 days that he has been leading one of the greatest powers, Trump has taken down piece by piece every action that the former President Barack Obama did to tackle climate change in his country. He has picked to lead the Environmental Protection Agency (EPA) the climate change sceptic Scotte Pruitt. He's the one which launched multiple lawsuits against regulations put forward by the agency. Trump cut the EPA's budget by a third. And Scott Pruitt has begun to abolish the main measures in place to reduce greenhouse gas emissions. Trump has put down the clean power plan which aimed to cut CO2 emissions because he wanted to bring back coal mining jobs and reduce the cost of electricity. “For too long, over the last several years, we have accepted a narrative that if you’re pro-growth, pro-jobs, you’re anti-environment,” said Trump. He also called for drilling in the Arctic. He tried to resize national monuments in order to allow a better access for oil. These are only the main examples.

Trump has in fact already quit the Paris agreement since he arrived at the White House. He has been accomplishing what he said, what he has been elected for and he has been following his “America First” agenda. It was a kind of global blindness not to have seen that and not to have denounced officially American policy towards carbon emissions. In a way the declaration of Trump is good news. It puts an end to a kind of worldwide hypocrisy pretending that the Paris agreement is on the way to addressing dangerous global warming.

The atmosphere is non-political. What you have said is less important than what you have done. The announcement of Trump’s decision underlines the weakness of the Paris agreement, which is that it is not binding. There won't be any cost or any penalties for United States. The respect of the agreement was based on a name-and-shame system of global peer pressure. It was supposed that any country that does not respect the agreement would be seen as international laggards. Finally, it is a failure. But Trump could not let the United States so simply pull out of the agreement. He needs to wait three years or to also denounce the climate change convention which he doubtfully will do. 

Anyway, United States should wait until the end of Trump's mandate to implement policies to reduce CO2 emissions and reintegrate the international coalition of the countries that try to tackle climate change. But as the time goes on, it will be harder and harder to limit the rising global temperatures. The Paris agreement commitments were already too low to keep the temperature below 2°C. It could only limit it to 3,7°C. It was already necessary to review and reinforce the commitment of CO2 reduction within five years. The situation when Trump quits the White house will be worse than when he arrived with all the dramatic impacts.

Will the announcement of Trump kill the agreement  ? Certainly not. The leaders of Europe affirmed their strongest commitment. China, the largest emitter of CO2on the planet, will stay in the race of reducing their CO2 emissions. First of all because this reduction is linked with alleviating air pollution which is a major health issue for the country. Besides, it will give China more opportunity to develop and sell low carbon technologies. China, Europe and in a way also India have become world leaders of green and climate friendly development. And that's what Americans companies have understood. The switch away from fossil fuel will continue because that is where the market is going. Several business leaders have spoken out against the decision. Google, Facebook, Shell, Amazon, Tesla, Space X, even GM, Exxon mobil, Chevron, General Electric.. all the major global companies, including Intel, HP, Dell, have expressed support for the Paris agreement. "We believe that robust clean energy and climate policies can support American competitiveness, innovation, and job growth," tweeted Amazon. "In turning his back on the future, President Trump's abandonment of the Paris Climate Change Deal demonstrates once again that he is void of basic business acumen, foresight and initiative," said the former San Francisco Mayor Gavin Newsom.

The risk that other countries adopt Trump's decision is finally low. The Paris agreement appears irreversible and the commitments still represent 72 % of the global emissions. But without America pressing for diligence and openness, efforts could be weaker for a part of the world, especially for the poor and developing countries. These countries expected the implementation of the pledge from rich countries of $100 billion in financial help to mitigate climate change and to adapt themselves to the impacts. Without Americans, the cash sources will be much less significant. Hopefully, the cost of clean energy, renewables and storage energy will reduce drastically. Solar power is becoming more and more competitive. 
 
Trump's decision won't change the mainstream but it could limit our capacity to reduce CO2 emissions early enough to prevent the catastrophic rising of the temperatures. It emphasizes that the Paris agreement is far from being sufficient. We need to do more and faster.





vendredi 18 novembre 2016

Hawaï : la transition écologique est en marche 

 

Champ de taro, Jan Arendtz, licence CC
Au milieu du Pacifique dans  l'archipel américain d'Hawaï, les habitants autochtones de l'île de Kauaï tentent de promouvoir une agriculture durable qui s'appuie sur des savoir-faire traditionnels et une culture de plusieurs millénaires. Une culture fondée sur un profond respect et un fort sens de la responsabilité envers la nature. Dans cette région du monde dépendante à 90 % des importations agricoles et qui est plus connue pour les recherches OGM de multinationales, c'est une véritable transition écologique qui s'expérimente.


mercredi 9 novembre 2016

Trump, un nouveau séisme climatique ?

 

Crédit : Matt Jhonson, licence CC
Alors que se tient à Marrakech la 22e COP sur le Climat, l'élection de Donald Trump rend incertain le devenir de l'Accord de Paris entré en vigueur le 4 novembre dernier. Certes, le nouveau Président américain ne semble pas pouvoir remettre en question l'engagement de son pays. Le texte a été signé par Barack Obama et il est impossible en principe aux États-Unis de quitter l'accord avant 2020, date à laquelle il doit commencer à s'appliquer.


Mais l'accord n'étant pas contraignant, rien n'obligera Donald Trump à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour réduire les émissions américaines de CO2. La menace est réelle : pendant la campagne, il avait souligné son intention d’« annuler » la ratification qualifiant de « canular » le réchauffement climatique. Il est peu probable que le très anglo-saxon principe "to name and shame" (nommer et couvrir de honte) qui est censé inciter les Etats à respecter leurs engagements de réduction est le moindre effet sur le nouveau Président. D'autant que ce dernier a promis de relancer les combustibles fossiles et le charbon en particulier ainsi que le projet Keystone XL (voir post à ce sujet). Son élection porte-t-elle pour autant un coup d'arrêt à toute politique climatique aux États-Unis? 

Quelques arguments permettent de nuancer le propos. D'une part, une majorité d'Américains se disent sensibles aux effets du changement climatique sur leur environnement. Par ailleurs, l'engagement américain est en réalité issu d'un accord bilatéral avec la Chine, les deux pays étant les plus gros émetteurs de la planète. Ne pas respecter l'accord de Paris est donc également prendre le risque de déplaire au Gouvernement chinois. D'autres dossiers plus importants concernant les relations sinoaméricaines seront sur le bureau de Trump qui veut taxer de 45 % les importations : la cybersécurité, la politique économique chinoise, ou encore leurs luttes d'influence en mer de Chine méridionale. La question climatique ne sera donc pas le sujet le plus brûlant entre les deux nations. Et on peut faire confiance aux deux pays pour faire preuve de pragmatisme. Par ailleurs, quelle que soit la politique du gouvernement fédéral, plusieurs villes américaines, des Etats et des entreprises sont déjà engagés dans la développement d'une économie à bas-carbone.

Enfin, Barack Obama a basé en grande partie sa bataille contre le climat sur des normes et des réglementations contraignantes. Il a ainsi confié à l'Environmental Protection Agency (EPA) la mission d'imposer au niveau national une réduction des émissions de carbone par les centrales électriques. Cette baisse oblige d'ici à 2030 à réduire de 32 % le niveau de ces émissions par rapport à 2005. Ces normes seront difficiles à détricoter et il faudra du temps. Enfin si les compagnies liées aux combustibles fossiles ont désormais une oreille attentive à la Maison-Blanche, une partie des entreprises américaines sont, elles, déjà engagées dans les marchés internationaux des technologies bas carbone. 

Donald Trump ne pourra donc sans doute pas stopper le processus en cours, mais il pourra sans aucun doute utiliser tous les leviers dont il dispose pour le ralentir fortement. Saura-t-il alors entraîner d'autres États dans son sillage et casser le dynamique de Paris ? Compte tenu de l'urgence qu'il y a à agir, cela compromet de toute façon l'objectif de ne pas dépasser 2°C, voire 3°C, la température moyenne globale vers laquelle la planète s'achemine en respectant seulement les engagements des pays (INDC).

mardi 4 octobre 2016

Congrès Mondial de l'UICN : du côté de l'Afrique






Un reportage à écouter dans l'émission C'est pas du vent sur RFI








Jamais notre planète n'a perdu ses espèces animales à un rythme aussi effréné depuis 66 millions d'années, époque durant laquelle les dinosaure s'éteignirent. Elles disparaissent aujourd'hui à un rythme cent fois à mille fois plus rapide que par le passé. Nous nous dirigeons vers une extinction massive.



C'est pour tenter de stopper cette érosion que l'Union mondiale pour la nature (UICN), vient de tenir son 84ème congrès mondial de la nature à Hawaï. Fondée en 1948, l'UICN rassemble 81 États, 113 organismes publics, plus de 850 organisations non gouvernementales et quelque 10 000 scientifiques et experts de 181 pays au sein d'une alliance mondiale unique. L'occasion de faire le point sur la situation africaine.

mercredi 3 août 2016

Vietnam : apprendre à vivre avec les catastrophes naturelles 



Avec 44 millions d'habitants vivant prés des côtes ou dans les deltas, soit plus de la moitié de la population, le Vietnam est l'un des pays les plus exposés à la montée des eaux et aux typhons. La région centrale est particulièrement touchée chaque année par des inondations et les tempêtes tropicales qui dévastent les maisons et les moyens de subsistance des populations. 

Le changement climatique aggrave encore la situation. Prés de 70 % des habitants de la région vivent dans des zones à hauts risques. C'est là qu'a choisi de s'implanter l'association Development Workshop France (DWF). Elle travaille depuis plus de 15 ans avec les familles et les autorités locales pour développer des habitations résistantes aux vents violents des typhons et aux inondation et accessibles aux plus pauvres. Un travail qui lui a valu plusieurs récompenses internationales.

samedi 30 avril 2016

A qui appartient la petite graine ?

  

Description de l'image France inter 2005 logo.svg.


Mon reportage sur le réseau de semences colombien dans l'émission de Denis Cheissoux le 30 avril 2016

 

On les appelle semences traditionnelles, anciennes, créoles, natives ou locales. Les paysans ont su au fil des siècles et des millénaires, les sélectionner pour les adapter aux maladies et aux climats locaux. En Colombie comme dans plusieurs pays du monde, elles sont aujourd'hui menacées et n'assurent plus la souveraineté alimentaire.

C'est pour conserver la diversité exceptionnelle de ces variétés que se met en place un réseau national de semences Resemina, avec l'appui de l'ONG Swissaid-Colombie, la CBS (Corporation de commerce durable) et le soutien de la Fondation Hermès. L'objectif : reenser et défendre les semences traditionnelles et les savoir-faire qui leur sont associés avec a création de 15 maisons de semences réparties dans tout le pays.

lundi 25 janvier 2016

2015 : année record pour les températures



Augmentation moyenne des températures en 2015 (NASA)
2015 a battu les records de température depuis le début des mesures en 1880. C'est ce que confirme ce matin l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM). La température mondiale a dépassé de 0,76°C les températures mesurées entre 1961 et 1990. « Pour la première fois, souligne l'OMM, les températures en 2015 ont été supérieures de 1°C à celles de l'ère préindustrielle ». Cette donnée s'inscrit dans la tendance des dernières années durant lesquelles les températures moyennes annuelles n'ont cessé de battre des records. Les quinze dernières années ont ainsi figuré parmi les 16 années les plus chaudes.

L'analyse de l'OMM rassemble les données de trois observatoires : l'Agence spatiale américaine (NASA), l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et le bureau météorologique britannique. Petteri Taalas, Secrétaire Général de l'OMM a rappelé que le record de cette année s'explique par « un El Niño exceptionnellement fort associé au réchauffement global ». Cette annonce fait suite à celle du 20 janvier dernier de la NASA et de la NOAA.

Le record de température concerne à la fois les terres et les mers. L'OMM rappelait en novembre dernier que « le contenu thermique des océans a atteint des niveaux record, tant jusqu'à 700 m que jusqu'à 2000 m de profondeur ». Ce record de 2015 s'est accompagné de nombreux événements extrêmes tels que des vagues de chaleur, des inondations et des sécheresses sévères.

Pour mémoire, en mars 2015, le cyclone Pam de catégorie 5, le niveau maximal sur l’échelle de Saffir-Simpson , s'est ainsi abattu sur l'archipel des Vanuatu en Océanie et a affecté plus de 160 000 habitants . Le 23 octobre dernier, le Mexique a à son tour été frappé par le plus puissant ouragan jamais enregistré dans le nord du Pacifique, Patricia, avec des vents soufflants en mer entre 350 à 400 km/h le classant également en catégorie 5. Il s'est fort heureusement affaibli en touchant les terres ne faisant aucune victime. Plus généralement, 2015 aura été l'année des records pour le nombre d'ouragans et de typhons de catégorie 4 ou 5 s'accompagnant d'inondations dévastatrices.

Les Indiens se souviendront de la meurtrière vague de chaleur qui a sévi au mois de mai dernier faisant plus de 1400 victimes. Les températures ont alors dépassé régulièrement 47°C. Les mois de mai et de juin ont été les plus chauds en Inde, avec des températures qui dépassent souvent les 40 °C . D'autres régions du monde n'ont pas été épargnées en particulier l'Ouest de l'Amérique du Nord, une grande partie de l'Amérique du Sud, l'ensemble du continent africain, le sud et l'est de l'Eurasie. La Chine et la Russie ont connu 10 mois les plus torrides jamais constatés. En France, le mercure a atteint des niveaux particulièrement élevés dépassant légèrement les 40°C dans plusieurs partie de l'Hexagone.
Les derniers mois de l'année se sont montrés particulièrement doux dans l'Hémisphère nord. Noël fut exceptionnellement chaud au Canada. Le thermomètre a ainsi atteint 15,9 °C à Montréal le 24 décembre.

Mais c'est sans doute en Arctique que le phénomène a été le plus spectaculaire avec des températures comprise entre 0 et 2°C, soit au moins 20°C supérieures aux normales saisonnières. En moyenne sur l'année, les températures ont dépassé dans cette région de 1,3°C la moyenne mesurée entre 1981 et 2010, ce qui représente une augmentation de 3°C depuis le début des mesure au début du Xxeme siècle. Conséquence pour la banquise : une superficie en septembre inférieure de 29% à la moyenne des trois dernières décennies.


Les pluies abondantes ont par ailleurs marqué cette année différentes parties du Globe telles que le sud des États-Unis, le Mexique, la Bolivie, le sud du Brésil, l'Europe du Sud-Est, certaines régions du Pakistan et en Afghanistan. En janvier, de fortes précipitations ont provoqué de terribles inondations au Malawi, au Zimbabwe et au Mozambique. En février, c'était au tour du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie d'être touchés à leur tour. Record de pluies aux États-Unis, dans leur partie continentale, Alaska excepté : il n'avait pas autant plu au mois de mai dans les dernières 121 années de relevés. Ce déferlement d'eau a provoqué en Chine des inondations qui ont touché 75 millions de personnes et les pertes économiques ont été estimées à 25 milliards de dollars.


A l'inverse, d'autres régions du monde ont connu de graves sécheresses, telles que l'Amérique centrale et les Caraïbes, le nord-est de l'Amérique du Sud y compris le Brésil, certaines régions d'Europe centrale ans, l'Asie du Sud-Est, et l'Afrique australe. L'OMM souligne la conséquence de ces épisodes de sécheresses sur les incendies : « En Alaska, plus de 400 feux de forêt ont ravagé 728 000 hectares en mai, pulvérisant ainsi le précédent record qui était de 216 incendies et de 445 000 hectares, et en juillet, plus de 700 feux de forêt ont été signalés dans ce même État, qui ont calciné près de 2 millions d'hectares durant l'été. Ailleurs aux États-Unis, des incendies de grande ampleur ont sévi dans tout le nord-ouest en août, et l'État de Washington a connu le plus grand incendie de son histoire »


Faut-il s'attendre à des années toujours plus chaudes ? La tendance lourde est certes au réchauffement global mais il faut également compter avec la variabilité naturelle du climat qui peut certaines années amplifier ou atténuer l'augmentation des températures moyennes mondiales.
Une chose est certaine : si les pays de la planète s'en tiennent seulement aux efforts auxquels ils se sont engagés à la COP 21 à Paris en décembre dernier, l'augmentation des températures moyennes atteindra, voire dépassera, 3°C.